L’eau, le feu et le lombricomposteur

Juste une petite photo du lombricomposteur qui digère à Marseille nos déchets verts depuis mars 2007 (soit depuis près de cinq ans). Il n’a pas pris une ride, nous fourni toujours autant d’engrais liquide et attire toujours quelques moucherons avec lesquels nous avons appris à vivre.
En considérant que ce lombricomposteur a absorbé les déchets (soigneusement sélectionnés) de nos repas depuis 4 ans et 9 mois;
qu’à chaque repas il y avait en moyenne 4 personnes;
que 210 repas par an ont été servi soit 997, disons 1000 repas, depuis les 4 années et quelques que nous l’utilisons;
que pour chacun de ces repas, nous avons produit 250g de déchets verts;

On arrive à un total de 250 kg de déchets verts que la collectivité n’a pas a gérer et que l’incinérateur n’a pas à brûler!

Les déchets verts étant composés d’eau à 80% en moyenne, il semble logique de considérer que nous lui avons épargné de brûler 200 litres d’eau. Non seulement cela paraît idiot mais en plus il est peut être possible que cela ne soit pas bon, pour notre incinérateur, de brûler de l’eau… et puis, cela le rend moins efficace, toute cette humidité (il paraît qu’il faut apporter du carton en plus pour absorber toute cette humidité).

Il semble donc, qu’une des vertus cachées du tri des déchets verts soit aussi celle de rendre plus efficace voire même d’allonger la durée de vie de nos brûleurs d’ordure.

Dans notre mission d’amélioration de l’efficacité – durabilité de l’incinérateur de Fos, les 200 litres d’eau épargnés apparaissent, même si elle est de taille conséquente, comme une goutte d’eau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *